Sauvons les Cobayes !

cobayes1

Les Cobayes à la Cité des Sciences – 12/03/2016

On a trop rarement de raisons d’être fiers de la télévision publique. On devrait, pourtant, tellement cette idée est belle : tous ensembles nous finançons ces chaînes, nous leur permettons d’apporter un regard différent, une exigence qui ne sera pas jugée par le seul biais des recettes publicitaires.

C’est peu dire que France Télévision échoue totalement à saisir cette opportunité unique. À longueur de grille les mêmes recettes, celles déjà employées par les concurrents privés, tout juste barbouillées d’un vague vernis culturel. Une ambition aux abonnés absents.

Comment ne pas enrager, dès lors, quand un des rares moments où le service public se montre à la hauteur est supprimé sans ménagement ? Lire la suite

Circonflexe, circonflexe, est-ce que j’ai une gueule de circonflexe ?

Stéphane est dyslexique. C’est compliqué pour lui d’apprendre à écrire, mais encore plus quand les orthographes ne suivent pas logiquement la phonétique d’un mot. Pour Stéphane «événement» c’est un mot compliqué à écrire. Pourquoi un accent aigu sur ce deuxième «e» alors qu’il se prononce e.vɛn.mɑ̃, pas e.ven.mɑ̃ ?

Lin Yao a 15 ans, et est arrivée de chine il y a trois ans. Ses parents ne parlent que quelques mots de français, à la maison elle et son petit frère ne conversent presque exclusivement qu’en mandarin, pour que toute la famille puisse participer à la discussion. Lin Yao va au collège, travaille bien mais malgré ses efforts elle n’a pas de bonnes notes. Ses copies lui reviennent toutes barrées de rouge pour des fautes d’orthographe, et ce qu’elle que soit la matière enseignée.

Marion vient de publier son cinquième roman. Elle a un certain succès critique et il semblerait que ce roman soit celui qui lui amènera enfin le succès commercial. Mais il ne se passe pas un jour sans qu’elle ne reçoive des remarques sur le fait qu’elle se déclare écrivaine sur sa biographie twitter. Chaque jour on lui recopie la même déclaration de l’Académie Française condamnant cette graphie. Pas un jour sans que Marion n’ait à défendre son choix, celui de revenir à la forme du mot tel qu’il existait originellement, avant que cette même académie ne déclare il y a quelques siècles qu’elle était inutile : les femmes ne sauraient écrire, pas plus que juger, soigner, diriger.

Ahmed vit dans ce qu’on appelle un quartier difficile. Dans le collège où il allait étant jeune n’étaient envoyés que des professeurs en début de carrière. Ils n’y restaient que deux ou trois ans, le temps d’avoir suffisamment de points pour demander leur mutation. Le niveau scolaire n’était pas bon dans ce collège, et Ahmed en a gardé des lacunes, en français, particulièrement. Mais il était bon en maths, très bon, à tel point qu’il a réussi à obtenir une bourse pour intégrer une école d’ingénieur dans la chimie. Aujourd’hui sorti de l’école, Ahmed envoie des CV et lettres de motivations tous les jours, mais ses fautes d’orthographes font qu’il n’est jamais retenu et n’a pas encore obtenu un entretien, malgré son prestigieux diplôme. En attendant il a trouvé un emploi en intérim pour faire de la manutention à un centre de tri de La Poste. Lire la suite

Monsieur Valls, votre message a bien été reçu

C’est toujours dans les crises que les masques tombent. Le votre, monsieur Valls, était bien transparent mais il était là, soutenu à qui mieux mieux par des socialistes plus soucieux les uns que les autres de grappiller un maroquin, un siège, une place éligible. « C’est un homme de gauche », que disaient ces hommes et ses femmes d’une fadeur sans égal.

Qu’ils aillent aujourd’hui dire la même chose devant la nouvelle sortie ignoble de leur sergent.

« Manuel Valls demande à l’UE d’arrêter l’accueil des réfugiés »
Lire la suite

Mes écumeurs

Il y a eu tant de tristesse, tant de larmes. Il y en aura encore, ainsi que des raisons toutes meilleures les unes que les autres de résister, de battre le pavé contre les salauds qui sèment la mort, et contre les salauds qui en profiteront pour passer des lois liberticides, encourager les discriminations, flatter les bas instincts guerriers et revanchards, fermer la porte à ceux qui fuient la barbarie à laquelle nous avons été confrontés.

Il y aura encore de la colère, des batailles à mener. Mais aujourd’hui, je vais être égoïste, et vous le dire honnêtement : je suis heureux. Lire la suite