Archives de catégorie : New York 2013

Who you gonna call ? The Luyas ! – 09/06/2013 – New-York 2013

Dernier jour complet à New-York, on se dépêche de finir pour voir les dernières visites prévues.
C’est donc aux aurores (genre 10 heures. Relatives les aurores) qu’on part faire l’expérience si New-Yorkaise du brunch dominical dans un restaurant de bagels juste en face de Tompkin’s Square.

image

S’en suit une petite visite dans le parc, où se tient un marché bio.

image

Et où l’on peut voir une belle fresque en hommage au génial Joe Strummer.

image

Puis passage au Little Creative Garden, petit parc associatif, oasis de calme remplie de maisons d’oiseaux entre deux buildings.

image

On part ensuite au Yankees Stadium pour achever une obligation quand on va à New-York : voir les 5 burroughs. Le stade étant dans le Bronx, c’est à présent chose faite ! (même si bon, on n’y reste pas trois heures non plus, à part les magasins de souvenirs de l’équipe, pas grand chose à voir…)

image

Jeudi, nous n’avions pas vraiment eu le temps de bien profiter de Harlem, nous y retournons donc pour visiter la cathédrale St John the Divine, et nous avons la chance d’y voir la répétition d’une chorale. C’est beau, mais un peu gâché par le service d’ordre très zélé et pas particulièrement aimable qui nous empêche de voir le triptyque de Keith Harring se trouvant derrière le chœur.
image

On continue vers l’Hudson, passant par les beaux jardins de l’université Columbia.
image

Puis nous arrivons à l’église Riverside, fondée par Rockefeller.
image

Lieu aux mille fonctions, d’une salle de théâtre à un centre d’écoute social, cette église, l’une des plus progressistes des États-Unis, respire la vie, à des kilomètres du décorum coincé de la cathédrale toute proche. Ici pas de service de sécurité veillant au silence, on peut se balader partout, jusqu’à prendre un ascenseur jusqu’en haut du clocher, où une vue à couper le souffle sur l’Hudson et tout l’Upper West Side se cache au milieu d’un local technique plein de tables pliées.
image

Tout proche, le mémorial d’Ulysse Grant, tombeau de l’ancien Général nordiste durant la guerre de sécession devenu ensuite président.
image

Puis petit passage devant le Dakota, prestigieux immeuble devant lequel fut assassiné John Lennon. Petite surprise devant l’absence absolue du moindre petit élément faisant mention de l’événement. Pas une plaque, pas un mini mémorial de rien du tout, pas même une pauvre inscription au stylo bic sur le trottoir. Que. Dalle. Alors je veux bien qu’on soit devant un des immeubles le plus cher des USA et que les riches et célèbres résidents qui payent une fortune pour pouvoir rester entre eux n’aient pas nécessairement envie de se retrouver avec des centaines de fans des Beatles devant leur porte jour et nuit, mais quand même…
image

Mais voilà qu’enfin, on entre dans l’histoire devant le monument le plus important de New-York, celui devant lequel tout amoureux de cinéma devrait venir se prosterner, j’ai nommé : la caserne des Ghostbusters ! Officiellement nommée 8 Hook & Ladder, cette vraie caserne est toujours en activité. Les pompiers y sont juste adorables, encourageant les nombreux touristes à entrer prendre des photos de l’intérieur, où se trouve l’enseigne lumineuse de Ghostbusters 2. A voir aussi la collection de téléphones fondus lors de sinistres.

image

Pour cette dernière soirée New-Yorkaise, alors que Michèle profite une dernière fois des magasins ouverts jusque tard dans la nuit, passage au Mercury Lounge, salle essentielle de ces vingt dernières années, pour profiter d’une affiche alléchante.

image

En première partie, les brooklynois de SoftSpot

image

Puis le concert croisé de Julian Lynch et les Luyas. C’était assez formidable, et je vous en dira plus bientôt !

image

Un dernier musée, et retour à Brooklyn – 08/06/2013 – New-York 2013

Dernier week-end avant notre retour et du coup, dernier musée pour la route.

image

Niché au milieu d’un quartier résidentiel très paisible de Queens, le Museum of Moving Image est un musée assez épatant, à voir au moins une fois. Une exposition y montre tous les métiers du cinéma, du maquillage aux effets sonores, à travers l’histoire. On peut toucher, expérimenter des techniques comme le stop motion ou le doublage. Une exposition parfaite en famille…

image

Une autre exposition retrace l’histoire du vidéo clip depuis ses débuts, avant même le premier film parlant jusqu’au clips interactifs en html5, en passant par les très frenchies scopitones d’Antoine ou Dick Rivers.

image

L’exposition est ludique, la scénographie est parfaite, et on en ressort avec le besoin de se jeter sur le premier ordinateur venu pour revoir ces clips récents

image
ou historiques.

image

Nous quittons ensuite Queens pour rejoindre Brooklyn où nous visitons la Brasserie Brooklyn Brewerie.
image

Les tours, gratuits le week-end, sont moins une visite des infrastructures de la brasserie que l’historique de la marque de sa création à la fin des années 80 à aujourd’hui. Très intéressant, très drôle (il faut entendre le jeune guide raconter les démêlés avec la mafia, les voleurs braquant le local deux fois en une semaine et le designer graphique payé en bieres), mais dur à comprendre si on ne maîtrise pas très bien l’anglais, ça parle TRÈS vite.
image

Ensuite, nous nous baladons à Williamsburg, quartier branché de Brooklyn, entre l’atelier d’un artiste sculptant des oeuvres aux outils de chantier
image

et Bedford Avenue, rue coupée à la circulation le week-end pour laisser place à diverses terrasses éphémères et autres ateliers de réparation de vélo…
image

Pas loin de là, le City Reliquary, un invraisemblable bric à brac présentant des objets historiques de la ville, des jetons de métro aux panneaux de pub pour tout en n’importe quoi.
image

Petit tour à Time Square, histoire de faire un peu de shopping au Toy’s r us à la déco assez extravagante
image

et par Broadway, où jouent un groupe de gamins metalleux d’une dizaine d’années. Sont si choupis ces sataniques de nos jours…
image

Puis nous prenons le Pont de Brooklyn d’où on profite d’une vue assez formidable.
image

Avant d’aller dîner chez Grimaldi’s, pizzeria reconnue de Brooklyn, où les files d’attente sont bien plus courtes qu’annoncé, mais où les pizzas sont hélas aussi bien moins bonnes. Déception.
image

Philadelphia vs. Andrea – 07/06/2013 – New-York 2013

Aujourd’hui, lever aux aurores, direction la pabt (la gare routière). Tellement tôt qu’on voit les services de nettoyage au travail dans le métro entasser les poubelles de la veille dans des rames spécialement prévues pour.

image

Puis trajet vers Philadelphie pour visiter la ville et aller voir la partie de la famille de Mimie qui vit là.

image

Seul soucis : nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée, la tempête tropicale Andrea ayant aussi décidé de passer dans la ville originelle du Prince de Bel-Air.

image

C’est donc de l’intérieur d’une voiture et sous une pluie battante que nous voyons les fresques murales dont route la ville, de downtown aux suburbs, s’est parée depuis une dizaine d’années.
Nous sortons seulement pour passer au musée d’art de la ville. Pas pour ses expositions, mais pour ses marches :

image

Regardez cette photo, mettez la musique des grosses têtes et… Voilà, vous y êtes, les fameuses marches de Rocky !
Le film a tellement marqué l’endroit que le musée expose même, au pied de celles-ci, la statue que Sylvester Stallone leur a donné après la production de Rocky 3, où elle apparaît.
image

À quelques mètres de là, autre statue d’une figure presque aussi importante : George Washington.

image

Et un peu plus loin, au milieu d’un carrefour, et donc entourée de feux : Jeanne d’Arc. Logique.

image

Nous allons ensuite manger au Reading Terminal Market, un marché construit dans une ancienne gare, et qui a su en garder tout le charme.
image

Nous y dégustons la spécialité locale : le cheesesteak, un sandwich au boeuf émincé et au fromage fondu cuit sur une plancha.
image

C’est très goûteux, mais c’est probablement le repas le moins sain et équilibré que nous ayons pris aux USA. Ce qui n’est pas un mince exploit.
image

Avant de rentrer à New-York, nous passons enfin par la Liberty Bell.
Cette cloche forgée quand Philadelphie était encore une partie des colonies britanniques a depuis été reprise comme symbole de toutes les luttes sociales américaines, de la guerre d’indépendance au mouvement des droits civiques, en passant par l’abolition de l’esclavage et les suffragettes.
Si elle est fêlée et muette depuis près de deux siècles elle en impose encore vraiment, et on ne peut s’empêcher d’être impressionné par ce morceau d’histoire.
image

Nous rentrons à New-York sous les trombes d’eau nous demandant sans cesse si nous arriverions en un seul morceau. Oui, et à l’heure, même. Aux États-Unis, les vus, ça rigole pas. Nous prenons un repas chez un ami et enfin, bien encouragés par la pluie qui nous tremperait jusqu’aux os en un instant, nous nous laissons aller à cette expérience tellement locale : faire un signe de la main à un taxi et rentrer chez nous dans cette voiture jaune si typiquement New-Yorkaise.
image

Réserve fédérale et magie National – 05/06/2013 – New-York 2013

De l’or ! Des lingots d’or ! C’est ce que nous avons été voir à la réserve fédérale de NY. Hélas pas possible de prendre de photos à l’intérieur du building, mais je vous assure que voir un tas d’une petite centaine de lingots, de $500.000 à $700.000 pièce, plus d’argent qu’on n’en aura jamais cumulé sur toute une vie, ça fait un peu bizarre…

image

Puis petite balade sur wall street, pas franchement la rue la plus intéressante qui soit, en fait… Passé le NY Stock Exchange, rien à y voir…
image

Au bout de Wall Street, l’église de la Trinité, assez jolie mais surtout intéressante pour son cimetière, paisible petit lopin empli de tombes au milieu de la ville.
image

Puis un peu plus loin, la chapelle St Paul, toute petite chapelle juste à côté du World Trade Center. Le 11 septembre 2001, la chapelle avait miraculeusement échappé à la destruction, et avait servi de camp aux équipes de secours et de recherches de victimes pendant neuf mois. Elle porte encore les marques de ces moments.
image

Après un peu de repos nous nous dirigeons vers Brooklyn, au Barclays Center, juste en face de la maison la plus hantée de New-York.
image

C’est ici que se déroule le concert de The National et Youth Lagoon.
image

Architecturalement, la salle est splendide, à des kilomètres de l’hideux popb de Bercy. Tout ici est pensé jusqu’au dernier petit détail pour assurer le plaisir du spectateur. Mais bon, une salle de près de 20.000 personnes, ça reste un gros machin pas franchement chaleureux, et on ne voit presque rien du groupe…
image

Il faudra toute la magie que peut transmettre ce meilleur groupe de scène du monde pour nous faire oublier la distance. J’y reviendrai dans un post dans les jours qui viennent.

Grand Empire et petite statue – 04/06/2013 – New-York 2013

Pour aller sur l’Empire State Building, il faut se lever tôt. Littéralement. En arrivant vers 8:30, on arrive à éviter les célèbres et interminables files d’attente. Une fois passé le portique de sécurité digne d’un aéroport, nous montons au 86ème etage de cette tour symbole de la ville.

image

Depuis le 11 septembre 2001, et jusqu’à ce que la nouvelle tour World Trade Center One soit terminée, l’Empire State Building est le point accessible le plus haut de New-York. De là, on peut voir la ville s’étendre à perte de vue au nord, et la jonction entre l’East river et l’Hudson river au sud.

image

Point agréable, l’audio guide est tout ce qu’il y a de plus réussi. Pas une simple traduction d’un texte standard, la version française est tout autant la description des buildings environnants que le ressenti personnel de la narratrice, gersoise immigrée à New-York avec ses parents pendant son enfance.

À notre descente, la file d’attente s’est déjà considérablement allongée…

Nous partons ensuite, à pied, voir le Flatiron, premier gratte ciel de l’histoire New-Yorkaise, à la forme si particulière.

image

Puis faisons un détour par Gramercy Park. Celui-ci a la particularité d’être le seul parc privé de New-York, et nous ne pouvons donc le voir qu’à travers de solides grilles fermées à clef.

image

À l’intérieur quatre personnes profitent de cet endroit si anachronique dans une ville où les parcs sont tellement intégrés dans la vie quotidienne.
Nous allons donc déjeuner dans un autre parc, Union Square, lui ouvert au public, vivant, où des enfants jouent et crient dans l’espace de jeu qui leur est consacré. Certes moins calme, mais tellement plus agréable.

La Highline est une ancienne voie de métro aérien désaffectée et transformée en parc public. On le traverse, enjambant une trentaine de rues. Rien à redire, du souci de conservation du site aux aménagements pour les promeneurs, tout à été pensé à la perfection. On y voit des musiciens faire du jazz sous un pont, ou encore des oeuvres d’art faites pour profiter pleinement du lieu.

image

La Highline est probablement le parc qui jusqu’à présent nous a le plus enthousiasmé. À visiter sans la moindre hésitation.

image

Passage obligé de tout voyage New-Yorkais, la croisière vers la Statue de la Liberté connaît plusieurs déclinaisons. Nous choisissons la version « Harbour City Lights », qui se déroule à la tombée de la nuit.

image

Passé le premier passage, durant lequel nous voyons principalement le New Jersey, Brooklyn et Queens, nous nous dirigeons enfin vers la statue. La première chose qui frappe, c’est que comparée aux gratte-ciels que nous voyons quotidiennement depuis près de 10 jours, la statue est vraiment petite. Mais malgré sa taille, elle est majestueuse, et on l’approche avec une certaine émotion. Après tout, c’est quand même elle qui sauve New-York dans Ghostbusters 2!

image

Et nous rentrons au port, admirant les tours de Manhattan dans le crépuscule.

image

Pour finir cette journée franchement chargée, nous remontons sur l’Empire State Building, de nuit, pour admirer la ville qui, comme toujours, ne dort pas.

image

image