Oiseaux-Tempête, Julie Rousse – 05/12/2013 – La Mécanique Ondulatoire, Paris

Pour fêter la sortie de leur premier album, concert intense d’Oiseaux-Tempête.

Pour cette soirée dans la cave de la Mécanique Ondulatoire, nous sommes accueillis par la diffusion d’un film assez intriguant de Stéphane C. présentant des images d’une Grèce détruite par la finance sur une musique de Oiseaux-Tempête. Beau et triste.

Autant l’avouer tout de suite : je ne suis pas franchement un inconditionnel des concerts sur laptop. Même si je sais parfaitement que c’est bien plus complexe est vivant que l’image bébête du mec qui appuie sur Play puis se fait une partie de canabalt sur son ordi, je n’arrive que rarement à être vraiment happé par la musique. C’est donc peu dire que Julie Rousse partait avec un sérieux handicap en ce qui me concerne. Et pourtant, ce live assez bref me plaît bien. Est-ce le travail poussé sur les sons, l’utilisation d’un micro puis d’un dictaphone, qui rend le tout un peu moins froid ? Aucune idée, toujours est-il que ça fonctionne. Chouette moment.

J’avais découvert les franco-américains de Oiseaux-Tempête il y a moins d’un mois, en première partie de Spain à la Flèche D’Or. Déjà là ils m’avaient retourné par leur post rock brut. Ce soir, ils viennent fêter la sortie du vinyle de leur premier album et le moins qu’on puisse dire est qu’ils n’ont pas perdu l’énergie qui m’avait tant plu. Ici, on fait du rock. On pense souvent à Godspeed You! Black Emperor, mais un Godspeed resserré, qui se concentrerai sur l’essentiel. Le trio arrive même, qualité rare, à faire passer leur morceaux à la construction complexe pour des petites bombes immédiates, comme improvisées.
A mesure que le concert avance, la musique se fait de plus en plus intense, plus physique. Une bonne partie du public est comme en transe, totalement emportée par la musique. J’en fait partie.
Le concert s’achève par un morceau absolument épique, et c’est à grand regret qu’on sort de cette cave un peu claustrophobe. Ici, on a fait du rock.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *