The Reflektors (Arcade Fire) – 22/11/2013 – Le Pavillon Baltard, Nogent sur Marne

Dans un show épique et bruitiste à souhait, Arcade Fire retrouve la folie de leurs débuts.

On avait quitté Arcade Fire sur un concert au Casino de Paris certes plutôt réussi, mais très sage. Bien trop sage. Depuis, trois ans ont passé où on ne savait plus vraiment si on les attendait toujours. Et en septembre un single ébouriffant, Reflektor, suivi de quelques clips parfois hilarants, d’autres fois déchirants. Et un album, lui aussi nommé Reflektor, absolument extraordinaire, leur plus belle œuvre depuis Funeral.

Ce soir, escale au Pavillon Baltard pour l’unique date française d’une tournée de salles à taille humaine durant laquelle ils se produisent sous le nom de The Reflektors.
Dès la file d’attente, on sent bien qu’on n’est pas ici à un concert classique. Comme demandé par le groupe, une grande partie du public est venue déguisée et des maquilleuses viennent nous grimer. Les passants, plus habitués à voir ici des enregistrements de télé que des concerts de Rock, nous regardent avec un étonnement certain. Trop tard pour halloween, trop tôt pour mardi gras, on fait un peu tâche au milieu de cette petite ville de banlieue un peu morte.

Accueillis par une troupe de mariachis et des figurants portant les masques en papier mâché du groupe, nous entrons dans le Pavillon Baltard, ancienne halle parisienne déplacée ici pour éviter sa destruction il y a quelques décennies. A peine arrivés, on nous apprend la chorégraphie de We exist, et le concert commence relativement vite.

C’est du balcon que Win Butler et Régine Chassagne font quelques strophes de My Body Is A Cage, avant de rejoindre sur scène le reste du groupe, accompagné de Sarah Neufeld, Owen Pallett et deux percussionnistes haïtiens. Les morceaux s’enchaînent, principalement issus de Reflektor, et à aucun moment le rythme ne baisse. On saute sur un Power Out tout en bruit, et j’ai le plaisir de vous dire qu’on danse à merveille la choré de We Exist. Mais les moments les plus intenses sont sans discussion possible les imparables Afterlife et Here Comes The Night Time, durant lesquelles le public est en folie.

Un des points les plus marquants de ce concert est le plaisir évident qu’a le groupe a être là. Win Butler, en particulier, passe une bonne moitié du set sur une plate-forme à proximité immédiate du public, fait monter un spectateur avec lui, emprunte chapeaux, masques et même un appareil photo ! Jusque après le fin du concert, quand il vient déguisé faire un dj set puis répondre à une séance de questions réponses improvisée avec les fans.
Autant une grande fête qu’un concert, cette soirée ne saurait être oubliée de sitôt par les quelques centaines de chanceux qui auront pu trouver une place, et qui auront fait la fête jusque dans le RER du retour. Un crowd surfing dans le RER A, l’effet Arcade Fire.

1 réflexion sur « The Reflektors (Arcade Fire) – 22/11/2013 – Le Pavillon Baltard, Nogent sur Marne »

  1. vince

    Merci pour l’article et les photos. Merci aussi au pingouin, à l’éléphant, à l’arbre de Noël et à Tigrou pour l’ambiance dans le RER. Si quelqu’un a des photos de la séance de « crowd surfing » je suis intéressé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *